Zen'A - Récit d'un massage en clinique
Zen'A Massages
Le bien-etre à domicile
Récit d'un massage en clinique posté le: 07/11/2013

Aujourd'hui, j'ai eu l'occasion de travailler dans des circonstances un peu inhabituelles: j'ai effectué un massage à la polyclinique Saint Laurent de Rennes, sur une patiente atteinte d'une tumeur au cerveau.
Une expérience enrichissante, bien qu'assez éprouvante moralement. Petit article donc, aussi bien pour partager avec vous ce que peut être un massage dans ces conditions, que pour donner quelques conseils à ceux qui pourraient vouloir essayer en tant que masseurs.

Masser en milieu hospitalier

En début de semaine, j'ai été contacté par le fils de la patiente: une dame souffrant d'une tumeur au cerveau, non opérable, et donc forcément angoissée.
C'était bien entendu à condition que la clinique accepte ma venue ( rappelons une fois encore que je pratique du massage bien-être donc à but non thérapeutique), mais j'ai immédiatement eu envie de dire oui: si des gens ont vraiment besoin de bien-être, c'est bien les personnes hospitalisés...
De plus, je masse occasionnellement une de mes grand-mères, hospitalisée dans une suite de soins elle aussi... Mon autre grand-mère étant elle décédée d'une tumeur au cerveau il y a quelques mois.
J'ai donc pu constater à maintes reprises le soulagement que l'on peut apporter en donnant juste un peu de temps et de contact physique dans ce genre d'endroit..

L'accord de la clinique obtenu, me voilà partie. Un peu stressée (non, totalement stressée!): peur que l'état de la personne rende le massage difficile, peur de rentrer dans l'intimité de quelqu'un en souffrance, peur de ne pas faire "assez bien"... Un peu peur aussi, de façon plus égoïste, du regard des soignants (ma profession n'étant pas encore très bien reconnue, et surtout, régulièrement en conflit avec les kinésithérapeutes..). Quelque part, j'avais aussi la vision de ma grand-mère mourante, et de l'angoisse que j'avais ressenti.
Finalement, l'accueil du personnel a été très cordial. Celui de la patiente également: à mon grand soulagement, elle était encore parfaitement lucide, et bien que peu bavarde, nous avons pu discuter un peu avant de commencer.
La difficulté a plutôt été son manque de mobilité: il faut aider la personne à se dévêtir, à se lever de son fauteuil, à s'installer sur la table (table baissée au maximum pour faciliter la montée).
Voulant réduire les manipulations au maximum, j'ai choisi de laisser la personne allongée sur le dos pendant tout le massage: pour le dos, j'ai travaillé les reins et les épaules en passant sous le corps, comme on peut le faire lors d'un lomi-lomi.
Pas question donc de suivre un protocole classique de californien ou autre massage: après consultation de la patiente, de ce qu'elle préférait, j'ai opté pour un massage adapté du californien, intégrant un peu de réflexologie plantaire et de balinais, le tout avec beaucoup de douceur, une personne âgée étant plus fragile.
Le massage a été apprécié: j'espère avoir réussi à lui apporté un peu de détente durable... ¨

Après coup...

Je suis ravie d'avoir pu masser dans ces conditions: c'est extrêmement satisfaisant, mais épuisant. A mes collègues qui seraient tentés, je vous encourage vivement à tenter l'expérience, on se sent vraiment utile... Cependant, attention:

  • C'est beaucoup plus physique qu'un massage ordinaire. En effet, il faut ajouter à la partie "massage" tous les manipulations d'installation/désinstallation. J'admire encore plus maintenant le travail des soignants, car aider quelqu'un de diminué dans les gestes du quotidien est vraiment délicat: il faut supporter son poids, tout en étant extrêmement doux... Le dos souffre très rapidement (alors que j'ai eu, par chance, affaire à une dame plutôt fluette!). De plus, quand comme moi on est plutôt grand, il faut baisser la table pour que la personne puisse monter dessus sans risque: j'ai terminé le massage de la tête accroupie pour économiser un peu mon dos.
  • C'est triste. Très triste. J'avais presque les larmes aux yeux en partant, en voyant cette dame pas si vieille que ça, toute gentille et m'offrant même sourires et compliments, et en pensant à ce qui l'attendait. En voyant les mots de sa famille, accrochés au mur, si semblables à ceux que j'ai pu écrire à ma grand-mère. C'est frustrant de se dire que même en faisant de mon mieux, ce ne sera qu'un bref soulagement...
  • En raison des deux premiers points, si je devais donner un conseil à des collègues: ne vous lancez pas là dedans si vous êtes encore débutants. J'estime être techniquement une bonne masseuse depuis déjà pas mal de temps: mais j'aurais eu du mal à bien faire dans ce genre de situation il y a encore quelque mois. Face à une personne en souffrance, il ne suffit pas de bien maîtriser un protocole et d'être passionné: il faut aussi être suffisamment sur de soi pour rassurer la personne, suffisamment à l'aise pour adapter le massage, et suffisamment rodé physiquement pour ne pas se faire mal. (bien évidemment, il faut aussi et surtout avoir envie de soulager la personne, bien plus que dans un autre contexte: il faut vraiment tout donner.)

J'espère que cet article vous aura plu, et vous aura donné envie, soit de pratiquer si vous masser, soit de penser à ce genre de massage si vous avez des proches hospitalisés. En ce qui me concerne, j'espère avoir l'occasion de renouveler l'expérience...


Commentaires (4) - Ajouter un commentaire

Sylvie - Posté le 08/11/2013 à 13h28

Bravo ma grande, je suis fière de toi, et papi aussi !

Fred - Posté le 08/11/2013 à 11h09

Très belle et enrichissante expérience que tu as pu vivre. Tu peux être assurée que tu lui as fait vivre un très bon moment de bien-être et peut-être oublier qu'elle était hospitalisée. Bravo à toi en tout cas pour avoir apporté ce petit moment de bonheur à cette dame.

Zena - Posté le 08/11/2013 à 9h23

Merci Cloette!
En fait, j'ai hésité à demandé de l'aide aux aides-soignantes, mais à partir du moment ou je suis rentrée dans la chambre, ou j'ai commencé à discuter avec la patiente, il y a une certaine ambiance qui s'installe: et je n'avais pas envie de casser ça en demandant à quelqu'un de venir m'aider (après tout, le but de ce massage, c'était un peu de lui faire oublier qu'elle était hospitalisée, donc je voulais tant que possible éviter l'intervention de soignants, ou tout ce qui aurait pu lui rappeler sa perte si rapide de capacités!)

cloettte - Posté le 08/11/2013 à 8h53

Très bel article :) et crois moi pour vivre ces dernier temps tout les jours avec des personnes en fin de vie il faut beaucoup de courage pour faire ce que tu as fais!
Petit conseil si tu recommence l'expérience, demande au personnel ( plus les aides-soignants) de t'aider à lever la personne, je ne pense pas qu'ils y soient opposé. Pour éviter également que tu finisse complètement cassé demande leur si la personne est agitée car sinon tu peux lever ta table du moment que tu reste à proximité pour éviter que la personne ne tombe :)


Poster un commentaire
X

Zen'A Massages| SIRET: 753 592 583 00029 | Le blog | Mentions légales